Bloodsilver de Wayne Barrow

Vignette » Littérature » Fantasy et Science-Fiction
Critique sur le bouquin de Wayne Barrow : Bloodsilver, par Khazagin.

Article écrit par Khazagin : ici.

En ce moment j'ai pas le temps de jouer au JDR. Alors je lis. C'est bien aussi. Et tant qu'a lire, autant lire des trucs biens, n'est ce pas? C'est en partant de ce concept que je me suis procuré le bouquin de Wayne Barrow, Bloodsilver; suite aux critiques dythirambiques (mais comment ca s'écrit ce mot????) trouvées un peu partout, mais surtout sur le Cafard Cosmique et Scifi-universe.

http://www.cafardcosmique.com/IMG/arton660.jpg

Bloodsilver, quoi qu'est-ce? Déjà contrairement à ce que j'ai lu dans certains coin c'est pas un roman. C'est un recueil de nouvelles. Ensuite, c'est un recueil  uchronique (pour ceux qui sont chiants à pas savoir ce que cest qu'une uchronie, déjà allez chercher un dico, et sinon en gros un récit uchronique c'est un récit qui prend place dans notre monde mais dont le cour de l'histoire a été modifié par la survenance d'un événement qui n'a pas eu lieu chez nous, un quelque chose qui fait que c'est chez nous mais en différent, voyez? Non? Tant pis). Dans Bloodsilver, l'histoire commence juste après la découverte des amériques par les premiers explorateurs, et s'étend jusqu'après la WWI. L'élément qui fait disjoncter le cour normal des choses, c'est l'existence des vampires: ils sont arrivés en même temps que les autres, et ont formé le "convoi", une sorte de caravane itinérante qui se dirige "quelque part", vers une terre qui pourrait les accueilir, s'appropriant au passage les mines d'argent avant que certains aient l'idée d'utiliser le minerai contre eux.

Ah oui, les fan de Twilight, dégagez.

Wayne reprend les mythes fondateurs des USA sous le jour de cette cohabitation d'un far west cinématographique avec les vampires, à travers des personnages célèbres, comme Billy le Kid, les Freres Dalton, Wyatt Earp...érrigés en chasseur de "Brookes". On pourrait craindre un récit par trop repompé des westerns qui ont bercé notre enfance (ou pas d'ailleurs, Apaloosa et 3h10 pour Yuma sortis il y a peu sont d'authentiques chefs d'oeuvres westerniens modernes, qui ont toute leur place dans le panthéon du western eastwoodien qui a bercé MON enfance); mais même si les clin d'oeils sont fréquents, Wayne arrive à garder une trame originale, en détournant ces "légendes" de l'image qu'on s'en fait pour leur donner une personnalité propre tres accrocheuse, et très loin de ce qu'on pourrait appeler du "déja vu".

Le rendu de l'univers est très sombre, c'est une sorte de Deadwood gothique, qui propose des nouvelles réalistes, immersives et particulièrement évocatrices. Sans donner dans les synesthésies simplettes (merde, là pour le coup cherchez la définition), la lecture fait sentir la poudre, ressentir le soleil ou la pluie, la rugosité du bois, la sécheresse d'un désert, l'alcool, le sang et le moisi. L'univers est violent, impitoyable, sale et tres proche des jeux de pouvoirs, à toutes les échelles.

Sur le total seules quelques uns des récits sont faibles, la majorité du recueil est de tres grande qualité.


Vous avez compris que j'ai adoré, même si bien sur on reste dans un recueil de nouvelles, ce qui ne donne pas le souffle d'un roman. Pour autant, moi qui suis tres difficile en nouvelles, j'avoue que je tire mon chapeau.

En poche, le truc est pas cher.
Si vous voulez filer des sous au Cafard cosmique, passer par leur site et achetez sur Amazon.
Si vous avez une conscience faites vivre un LIBRAIRE près de chez vous, qui bosse avec amour, sa sueur et ses charges.

-----------
Pour laisser vos commentaires c'est par là : http://www.chaodisiaque.com/forum/viewtopic.php?id=1576

Article écrit par : ChaOdiz-Padre le 09.03.2010 18:54:27